Je m’appelle Lou, une femme métisse de 29 ans, assistante administrative dans une vie bien rangée, mais avec une soif insatiable pour les expériences sexuelles hors du commun. Ma silhouette grande et pulpeuse, mes courbes généreuses et ma poitrine ferme et ronde de taille moyenne, ornée de mamelons proéminents et d’aréoles foncées, ne passent pas inaperçues. Mes fesses rebondies et galbées attirent tous les regards, tandis que ma chatte serrée, tonique et humide, avec des lèvres internes légèrement proéminentes et d’une couleur rose foncé, est un véritable appel au plaisir. Mes fantasmes les plus secrets incluent le triolisme, l’exhibitionnisme et la baise en levrette.

Un jour, alors que je voyageais seule dans un train, un couple attira mon attention. Leur complicité et leur désir étaient palpables, presque tangibles. Je décidai de les séduire et de réaliser mon fantasme de triolisme. J’étais habillée d’une robe moulante qui mettait en valeur mes courbes et qui laissait entrevoir ma lingerie en dentelle. Je me dirigeai vers eux, mes hanches balançant légèrement, et je les invitai à partager une bouteille de vin avec moi. Ils acceptèrent avec un sourire en coin, et je pus sentir le désir monter rapidement entre nous.

Je les attirai dans les toilettes du train, où je savais que nous ne serions pas dérangés. L’espace était étroit, mais cela ne faisait qu’ajouter à l’excitation de la situation. Je commençai par embrasser passionnément la femme, mes lèvres se pressant contre les siennes avec une intensité qui la fit gémir. Ses mains explorèrent mon corps, caressant mes seins, pinçant légèrement mes mamelons. Je pouvais sentir son excitation, sa chatte mouillée à travers sa culotte.

Pendant ce temps, l’homme se tenait derrière moi, ses mains fermement posées sur mes hanches. Il me caressa, me mordilla le cou et les épaules, tandis que je continuais à embrasser sa femme. Je pouvais sentir sa bite dure à travers son pantalon, pressée contre mes fesses. Il était excité par la situation, par mon corps, par le désir brut qui remplissait l’air confiné des toilettes.

Sans un mot, il me prit en levrette contre le mur des toilettes. Sa bite pénétra ma chatte avec une virilité qui me fit gémir de plaisir. Il me baisa avec force, ses couilles claquant contre mon clitoris à chaque coup de rein. La femme, quant à elle, continuait à me caresser, à m’embrasser, à me mordiller le cou et les épaules pendant que je jouissais de plaisir.

Je pouvais sentir la chaleur de nos corps, la sueur qui perlait sur notre peau, la mouille qui coulait le long de mes cuisses. Le plaisir était intense, brut, presque animal. Je gémissais de plaisir, mes gémissements étouffés par les baisers de la femme. L’homme, quant à lui, haletait de plaisir, ses coups de reins devenant de plus en plus rapides et puissants.

Alors que je sentais l’orgasme monter en moi, je décidai de changer de position. Je voulais savourer le plaisir de la femme, de sentir sa chatte mouillée contre la mienne. Je me returnai donc, m’allongeant sur le dos, les jambes écartées, invitant la femme à prendre sa place. Elle me sourit, un sourire coquin et plein de désir, et se positionna au-dessus de moi. Je pouvais sentir sa chatte mouillée contre la mienne, nos clitoris se frottant l’un contre l’autre.

Mais avant que je puisse savourer pleinement ce moment, la porte des toilettes s’ouvrit brusquement, interrompant notre trio passionné. Mon cœur s’arrêta un instant, l’adrénaline montant en flèche dans mon corps. J’étais à la fois effrayée et excitée par cette interruption inattendue. Mais qui pouvait bien se tenir de l’autre côté de cette porte ? Et qu’allions-nous faire maintenant ? La suite de mon aventure promettait d’être encore plus passionnante…La porte des toilettes s’ouvrit brusquement, révélant un contrôleur de train, un homme d’âge moyen au visage sévère. Mon cœur s’arrêta un instant, l’adrénaline montant en flèche dans mon corps. J’étais à la fois effrayée et excitée par cette interruption inattendue. Mais loin de nous interrompre, l’expression de l’homme changea, passant de la sévérité au désir brut. Il ferma la porte derrière lui, verrouillant le loquet, et s’approcha de nous.

« Vous êtes sacrément cochonnes, les filles », dit-il, un sourire en coin se dessinant sur ses lèvres. « Et toi, mon gars, tu as de la chance. »

L’homme de notre trio sourit, un sourire plein de virilité, et répondit : « Je sais. Et toi, tu veux nous rejoindre ? »

Le contrôleur ne répondit pas, mais son silence en disait long. Il se déshabilla rapidement, révélant un corps musclé et une bite déjà dure et prête à l’action. Je me retournai, m’allongeant sur le dos, les jambes écartées, invitant la femme à prendre sa place. Elle me sourit, un sourire coquin et plein de désir, et se positionna au-dessus de moi. Je pouvais sentir sa chatte mouillée contre la mienne, nos clitoris se frottant l’un contre l’autre.

Le contrôleur se positionna derrière elle, sa bite dure pressée contre son cul. Il la pénétra lentement, mais fermement, la faisant gémir de plaisir. L’homme de notre trio se tenait devant moi, sa bite dure et luisante de mouille et de sueur. Je l’attrapai, la guidant vers ma bouche, et commençai à la sucer avec avidité.

Je pouvais sentir la chaleur de nos corps, la sueur qui perlait sur notre peau, la mouille qui coulait le long de mes cuisses. Le plaisir était intense, brut, presque animal. Je gémissais de plaisir, mes gémissements étouffés par la bite que j’avais en bouche. Les femmes, quant à elles, haletait de plaisir, ses gémissements s’intensifiant à mesure que le contrôleur la baisait avec force.

Je pouvais sentir l’orgasme monter en moi, mais je voulais en donner autant que j’en recevais. Je décidai donc de changer de position, me mettant à genoux devant l’homme de notre trio, sa bite toujours dans ma bouche. Je commençai à le pomper avec avidité, mes mains caressant ses couilles, tandis que la femme et le contrôleur continuaient à baiser derrière moi.

Le contrôleur se retira de la femme, sa bite luisante de mouille et de sueur. Il se dirigea vers moi, sa bite dure pressée contre mon cul. Il me caressa, me doigtant légèrement, puis il me pénétra lentement, mais fermement. Je gémis de plaisir, sentant sa bite remplir mon cul, me baisant avec une virilité qui me fit haleter de plaisir.

Je pouvais sentir l’orgasme monter en moi, mes gémissements devenant de plus en plus fort. L’homme de notre trio se retira de ma bouche, sa bite dure et luisante de salive. Il se positionna derrière la femme, la pénétrant avec force, tandis que le contrôleur continuait à me baiser. Je pouvais sentir leurs bites se frotter l’une contre l’autre à travers la fine paroi qui séparait nos orifices, intensifiant mon plaisir.

Le contrôleur se retira de mon cul, sa bite dure et luisante de mouille et de sueur. Il se dirigea vers la femme, la pénétrant avec force, tandis que l’homme de notre trio se positionnait devant moi. Je l’attrapai, guidant sa bite vers ma bouche, et commençai à le sucer avec avidité. Je pouvais sentir l’orgasme monter en lui, ses coups de reins devenant de plus en plus rapides et puissants.

Alors que je sentais l’orgasme monter en moi, je décidai de changer de position une dernière fois. Je me retournai, m’allongeant sur le dos, les jambes écartées, invitant les deux hommes à me prendre. L’homme de notre trio se positionna devant moi, sa bite dure pressée contre ma chatte, tandis que le contrôleur se positionnait derrière moi, sa bite dure pressée contre mon cul.

Ils me pénétrèrent en même temps, remplissant ma chatte et mon cul de leurs bites dures et chaudes. Ils me baisèrent avec force, leurs coups de reins synchronisés, intensifiant mon plaisir. Je pouvais sentir leurs couilles claquer contre mon clitoris à chaque coup de rein, m’envoyant vers un orgasme intense.

Je gémissais de plaisir, mes cris résonnant dans les toilettes, tandis que les deux hommes continuaient à me baiser avec force. Je pouvais sentir l’orgasme monter en eux, leurs coups de reins devenant de plus en plus rapides et puissants. Alors que je jouissais, sentant mon corps se tendre et mon plaisir atteindre son paroxysme, je sentis leurs bites se contracter, puis exploser, remplissant ma chatte et mon cul de leur sperme chaud et épais.

Essoufflé et couvert de sueur, nous nous séparâmes, nos corps tremblant de plaisir et d’épuisement. Je souris, sentant le sperme couler le long de mes cuisses, sentant la chaleur de mon corps, la satisfaction de mes désirs les plus secrets. Je venais de réaliser mon fantasme de triolisme, et c’était encore mieux que ce que j’avais imaginé.

Je me rhabillai, ajustant ma robe et ma lingerie, tandis que les deux hommes et la femme faisaient de même. Nous nous regardâmes, un sourire en coin sur nos visages, sentant la complicité et le désir qui nous unissait. Puis, sans un mot, nous quittâmes les toilettes, retournant à nos sièges respectifs, comme si de rien n’était.

Mais je savais que je ne les oublierais jamais, tout comme je savais que je ne cesserais jamais de chercher de nouvelles expériences, de nouveaux désirs à assouvir. Car je suis Lou, une femme métisse de 29 ans, assistante administrative dans une vie bien rangée, mais avec une soif insatiable pour les expériences sexuelles hors du commun. Et ma vie ne fait que commencer

Publications similaires