Je suis Josephine, une infirmière latino de 28 ans, petite et de corpulence moyenne. Je suis en couple, mais j’ai toujours été attirée par les situations risquées et l’exhibitionnisme. Mon fantasme ultime est de vivre une expérience sexuelle dans un lieu public, et plus particulièrement, dans un stade.

Ce jour-là, je suis de garde à l’infirmerie d’un stade pendant un match. L’atmosphère est électrique, chargée d’adrénaline et de testostérone. Les cris des supporters résonnent dans mes oreilles, me faisant frissonner d’excitation. C’est alors que je le remarque, un joueur de l’équipe adverse, grand, musclé, avec un regard brûlant de désir. Il me fait de l’œil, et je sens une chaleur monter en moi. Je décide de le séduire, de jouer avec le feu.

Je lui fais des avances explicites, des regards appuyés, des sourires coquins. Il répond avec empressement, ses yeux se posant sur mes courbes, sa langue passant sur ses lèvres. Je peux déjà imaginer sa bite dure, son chibre gonflé de désir. Je me sens mouillée, excitée, prête à me faire baiser comme une salope.

Je l’attire dans une pièce déserte du stade, loin des regards indiscrets mais assez proche pour entendre les cris de la foule. L’adrénaline monte en moi, mêlée à l’excitation et au désir. Mes mains parcourent son corps musclé, sentant chaque muscle saillant sous mes doigts. Je peux sentir son désir grandir, sa queue durcir contre moi. Il me pousse contre le mur, sa poigne ferme mais douce. Je sens sa langue explorer ma bouche, puis descendre le long de mon cou, me faisant gémir de plaisir.

Il s’agenouille devant moi, comme un suppliant devant sa déesse. Il soulève ma jupe d’infirmière, dévoilant ma chatte déjà trempée. Il commence à me faire un cunnilingus intense et passionné, sa langue fouillant mon intimité, me faisant gémir de plus en plus fort. Je me mords les lèvres, consciente du risque que quelqu’un puisse nous surprendre à tout moment. C’est cette idée qui rend la situation encore plus excitante, me faisant me sentir comme une vraie chaudasse, une chienne en chaleur.

Je sens ses doigts me pénétrer, me faisant haleter de plaisir. Il me doigte avec habileté, trouvant mon point G avec une facilité déconcertante. Je me cambre contre lui, me frottant à son visage, me sentant comme une cochonne en rut. Je jouis dans un cri étouffé, mon corps secoué de spasmes, ma chatte inondée de mouille.

Je le regarde avec un sourire satisfait, me sentant comme une déesse ayant reçu son offrande. Je viens de réaliser mon fantasme, et je sais que ce ne sera pas la dernière fois que je prendrais un tel risque. Mais pour l’instant, je veux plus. Je veux sentir sa bite en moi, me faire baiser comme une salope. Je veux sentir son sperme chaud couler le long de mes cuisses, me marquant comme sienne.

Je me mets à genoux devant lui, prête à sucer sa bite, à le pomper jusqu’à ce qu’il jouisse. Mais soudain, j’entends des pas dans le couloir. Mon cœur s’emballe, l’adrénaline monte en moi. Je me demande si nous allons nous faire prendre, si quelqu’un va nous surprendre dans notre acte interdit. Mais au lieu de la peur, je ressens une excitation encore plus grande. Je me sens vivante, plus vivante que jamais. Et je sais que je suis prête à tout pour vivre cette expérience jusqu’au bout.

A suivre…Les pas dans le couloir s’approchent, mon cœur bat la chamade. Je suis à genoux, prête à sucer ce chibre dressé devant moi, mais l’adrénaline qui monte en moi est encore plus excitante. Je me sens comme une vraie chienne en chaleur, prête à tout pour avoir ma dose de plaisir.

Le joueur me regarde, les yeux brillants d’excitation. Il me murmure : « Tu es une vraie salope, Josephine. Tu aimes le risque, n’est-ce pas ? » Je hoche la tête, incapable de parler. Je suis trop excitée, trop mouillée. Je veux juste qu’il me baise, qu’il me prenne comme une chienne.

Il me tire vers lui, m’embrassant avec fougue. Ses mains parcourent mon corps, pinçant mes seins, malaxant mon cul. Je me frotte contre lui, sentant sa queue dure contre mon ventre. Je veux le sentir en moi, me remplir, me faire jouir.

Soudain, les pas s’éloignent. Nous sommes seuls, enfin. Mais le danger est toujours là, et c’est ce qui rend la situation encore plus excitante. Je me mets à genoux devant lui, prenant sa bite dans ma main. Je le regarde dans les yeux, lui faisant un sourire coquin avant de commencer à le sucer.

Je le pompe avec ardeur, sentant sa queue grossir dans ma bouche. Je le suce comme une vraie chaudasse, utilisant ma langue pour le faire gémir de plaisir. Je sens ses mains dans mes cheveux, me guidant, me contrôlant. Je suis sa salope, sa chienne, et j’aime ça.

Il me tire vers le haut, me retournant pour me mettre en levrette. Je sens sa bite contre mon cul, me faisant frissonner d’excitation. Il me pénètre d’un coup sec, me faisant crier de plaisir. Il me baise avec force, ses couilles claquant contre mon cul à chaque coup de rein. Je me sens comme une vraie cochonne, une salope en chaleur.

Il me doigte en même temps, trouvant mon point G avec une facilité déconcertante. Je me cambre contre lui, me faisant enculer comme une chienne. Je sens sa bite dans mon cul, me remplissant, me faisant jouir. Je crie de plaisir, mon corps secoué de spasmes, ma chatte inondée de mouille.

Il me retourne, me mettant sur le dos, les jambes écartées. Il me regarde, les yeux brillants de désir. Il me pénètre à nouveau, sa bite glissant dans ma chatte trempée. Il me baise avec passion, ses mains sur mes seins, sa langue dans ma bouche. Je sens mon orgasme monter, me faisant gémir de plus en plus fort.

Soudain, il se retire, me regardant avec un sourire coquin. Il se met à genoux devant moi, sa bite juste devant mon visage. Je sais ce qu’il veut, et je suis prête à le lui donner. Je le suce à nouveau, le pompant avec ardeur. Je sens sa queue grossir dans ma bouche, sentant son désir grandir.

Il jouit dans un cri rauque, son sperme chaud coulant le long de mes lèvres. Je le regarde, les yeux brillants de désir, me sentant comme une vraie salope. Je lèche ses dernières gouttes de foutre, me sentant satisfaite, comblée.

Il se rhabille, me faisant un clin d’œil avant de partir. Je me rhabille à mon tour, me sentant comme une vraie chaudasse. Je viens de réaliser mon fantasme, et je sais que ce ne sera pas la dernière fois. Je suis une chienne en chaleur, une cochonne prête à tout pour avoir sa dose de plaisir. Et j’aime ça.

Je sors de la pièce, me mélangeant à la foule. Personne ne se doute de ce qui vient de se passer, et c’est encore plus excitant. Je me sens vivante, plus vivante que jamais. Et je sais que je suis prête à tout pour vivre cette expérience à nouveau.

A suivre

Publications similaires