Je m’appelle Justine, une femme d’origine asiatique de 62 ans, graphiste de profession. Depuis que mon mari est décédé, j’ai décidé de profiter pleinement de ma vie, d’explorer mes fantasmes les plus profonds et de ne plus jamais me retenir. Ma corpulence généreuse et ma taille moyenne ne m’ont jamais empêchée de m’assumer pleinement et d’être une femme épanouie sexuellement.

Ce jour-là, dans un bus bondé, je repère un jeune homme musclé qui me dévisage avec insistance. Ses yeux sont rivés sur mes courbes, sur ma poitrine généreuse et sur mon cul rebondi. Je sens immédiatement une connexion entre nous, une attraction animale. Je décide de réaliser l’un de mes fantasmes les plus osés : une baise en levrette dans un lieu public.

Je me lève, m’assurant de laisser entrevoir mes formes généreuses. Je m’approche de lui, mon corps frôlant le sien. Je m’assoies à côté de lui et commence à le séduire, utilisant mon charme et mon expérience pour l’attirer dans mes filets. Je lui chuchote à l’oreille, utilisant un langage cru et explicite pour décrire ce que je veux lui faire.

« Je veux ta bite, jeune homme », lui dis-je, en passant ma main sur sa cuisse musclée. « Je veux que tu me baises en levrette, ici, maintenant. »

Il est surpris, mais je peux voir l’excitation dans ses yeux. Il ne dit rien, mais son corps répond à mes avances. Je sens son chibre durcir sous mon toucher, et je sais que j’ai gagné.

Nous nous dirigeons vers le fond du bus, où il y a moins de monde. Je me penche en avant, offrant mon cul généreux au jeune homme. Il passe sa main sur mes fesses, les caressant avec fougue. Je sens sa queue dure contre mon cul, et je me sens vivante comme jamais auparavant.

« Vas-y, enculer-moi », lui dis-je, en me cambrant encore plus. « Je veux sentir ta bite dure dans ma chatte mouillée. »

Il ne se fait pas prier. Il me prend avec fougue, répondant à mes désirs les plus profonds. Sa bite est dure, épaisse, et elle remplit ma chatte comme jamais aucune autre ne l’a fait auparavant. Je me sens pleine, comblée, et chaque coup de rein me fait monter un peu plus vers le septième ciel.

Je suis une chienne, une salope, et j’adore ça. Je me sens sale, mais en même temps, je me sens vivante. Je me sens désirable, et je me sens puissante. Je suis une femme qui sait ce qu’elle veut, et qui n’a pas peur de le prendre.

Le jeune homme me baise avec fougue, ses coups de rein de plus en plus puissants. Je sens sa sueur couler sur mon dos, et je me sens encore plus excitée. Je suis une chaudasse, une cochonne, et j’adore ça.

Je sens l’orgasme monter en moi, comme une vague déferlante. Je suis au bord de la jouissance, et je sais que je ne vais pas pouvoir me retenir plus longtemps. Je me cambre encore plus, offrant mon cul au jeune homme, et je lui dis :

« Vas-y, baise-moi plus fort. Je veux sentir ton sperme chaud dans ma chatte. »

Il gémit, et je sens sa bite se contracter. Il jouit en moi, remplissant ma chatte de son foutre chaud. Je jouis à mon tour, mon corps secoué par des spasmes de plaisir.

Cette expérience me laisse épanouie et satisfaite, confirmant une fois de plus que je suis une femme qui sait ce qu’elle veut et qui n’a pas peur de le prendre. Mais peu importe ce que j’ai vécu jusqu’à présent, je sais que ce n’est que le début. J’ai encore tant de fantasmes à réaliser, tant de choses à expérimenter. Et je suis prête à tout pour les vivre pleinement.

La suite au prochain épisode…Je me sens encore toute tremblante de mon orgasme, mais déjà, je pense à la suite. Je veux plus, je veux aller encore plus loin dans mes fantasmes. Je veux vivre des expériences sexuelles encore plus intenses, encore plus hard.

Le lendemain, je me rends dans un club libertin, un endroit où je sais que je peux assouvir mes désirs les plus profonds. Je porte une robe moulante qui met en valeur mes courbes généreuses, et je me sens désirable, puissante. Je suis une chienne, une salope, et je suis prête à me faire baiser par tous les trous.

Dans le club, je repère rapidement un homme qui me plaît. Il est grand, musclé, avec une bite épaisse et dure qui se dessine sous son pantalon. Je m’approche de lui, et je commence à le séduire. Je lui chuchote à l’oreille, utilisant un langage cru et explicite pour décrire ce que je veux lui faire.

« Je veux ta queue, beau gosse », lui dis-je en passant ma main sur son chibre dur. « Je veux que tu me baises dans tous les sens, que tu me fasses jouir comme jamais. »

Il me regarde avec un sourire en coin, et je sais qu’il est conquis. Je l’entraîne dans une pièce plus intime, où je peux réaliser mes fantasmes les plus hard. Je me mets à genoux devant lui, et je commence à lui sucer la bite. Je le pompe avec avidité, utilisant ma langue et mes lèvres pour le faire gémir de plaisir.

« Tu aimes ça, salope ? » me dit-il en me tenant la tête. « Tu aimes sucer ma bite ? »

« Oui, j’adore ça », lui répondis-je entre deux coups de langue. « Je suis une vraie chienne, une suceuse de bite. »

Il me fait me lever, et me fait m’allonger sur le ventre sur un canapé. Il écarte mes fesses, et je sens sa langue chaude sur mon anus. Il me lèche avec fougue, doigtant ma chatte mouillée en même temps. Je me sens sale, mais en même temps, je me sens vivante. Je suis une chaudasse, une cochonne, et j’adore ça.

Il me prend ensuite en levrette, sa bite dure s’enfonçant dans ma chatte mouillée. Il me baise avec fougue, ses coups de rein de plus en plus puissants. Je sens sa sueur couler sur mon dos, et je me sens encore plus excitée. Je suis au bord de la jouissance, et je sais que je ne vais pas pouvoir me retenir plus longtemps.

« Vas-y, baise-moi plus fort », lui dis-je en me cambrant. « Je veux sentir ton sperme chaud dans ma chatte. »

Il gémit, et je sens sa bite se contracter. Il jouit en moi, remplissant ma chatte de son foutre chaud. Je jouis à mon tour, mon corps secoué par des spasmes de plaisir.

Mais je n’en ai pas encore fini. Je veux plus, je veux aller encore plus loin. Je lui demande de me sodomiser, de me prendre par le cul. Il hésite un instant, mais je le supplie, je le supplie de me faire mal, de me faire jouir encore plus fort.

Il se place derrière moi, et je sens sa bite dure contre ma rondelle. Il me pénètre doucement, me laissant m’habituer à sa taille. Je sens une douleur vive, mais en même temps, un plaisir intense. Je suis une salope, une chienne, et j’adore ça.

Il me baise avec fougue, sa bite allant et venant dans mon fion. Je sens sa sueur couler sur mon dos, et je me sens encore plus excitée. Je suis au bord de la jouissance, et je sais que je ne vais pas pouvoir me retenir plus longtemps.

« Vas-y, enculer-moi », lui dis-je en me cambrant. « Je veux sentir ton sperme chaud dans mon cul. »

Il gémit, et je sens sa bite se contracter. Il jouit en moi, remplissant mon cul de son foutre chaud. Je jouis à mon tour, mon corps secoué par des spasmes de plaisir.

Je me sens épuisée, mais épanouie et satisfaite. J’ai réalisé mes fantasmes les plus profonds, et je me suis sentie vivante comme jamais auparavant. Je suis une femme qui sait ce qu’elle veut, et qui n’a pas peur de le prendre. Et je sais que ce n’est que le début. J’ai encore tant de choses à expérimenter, tant de fantasmes à réaliser. Et je suis prête à tout pour les vivre pleinement.

Fin

Publications similaires