Je m’appelle Zakaria, un jeune homme de 20 ans, d’origine africaine, plutôt costaud et grand. Je travaille comme statisticien, un métier qui peut sembler ennuyeux, mais qui me plaît. Je suis en union libre et je m’identifie comme hétérosexuel. J’ai toujours eu un fantasme particulier pour les belles fellations, les sensations qu’elles procurent et la connexion intime qu’elles créent.

Un soir, alors que je suis en déplacement professionnel, je me retrouve seul dans un hôtel. Le bar de l’hôtel est presque vide, il n’y a que quelques clients qui sirotent leur verre en solitaire. Je m’installe au comptoir et commande un whisky. Alors que je sirote mon verre, une femme entre dans le bar. Elle est grande, élancée, avec des courbes qui ne laissent personne indifférent. Ses cheveux blonds encadrent son visage aux traits fins, et ses yeux bleus perçants semblent scruter l’âme de celui qui ose les croiser. Elle s’installe à quelques sièges de moi et commande un cocktail.

Je ne peux m’empêcher de la regarder discrètement. Elle est magnifique, et quelque chose en elle attire mon attention. Je ne sais pas si c’est sa beauté naturelle, sa confiance ou simplement cette aura de mystère qui l’entoure, mais je ressens une attirance immédiate. Je me décide à l’aborder, à prendre le risque de me faire rejeter. Après tout, je suis loin de chez moi, et je n’ai rien à perdre.

Je me lève et m’approche d’elle. « Bonjour, je m’appelle Zakaria. Puis-je vous offrir un verre ? », dis-je en essayant de paraître aussi confiant que possible. Elle me regarde, un sourire mystérieux aux lèvres, et accepte mon invitation. Nous commençons à discuter, et plus nous parlons, plus je me sens attiré par elle. Sa voix est douce et séduisante, et ses rires résonnent dans mes oreilles comme une mélodie envoûtante.

Au fil de la conversation, je sens une tension sexuelle monter entre nous. Elle me regarde avec des yeux pleins de désir, et je peux sentir son corps frémir lorsque je pose ma main sur son bras. Je décide de prendre les choses en main et l’invite dans ma chambre d’hôtel, où nous pourrons continuer notre conversation en privé. Elle accepte, et je peux voir dans ses yeux qu’elle est aussi excitée que moi.

Nous montons dans ma chambre, et je lui sers un verre. La tension sexuelle est palpable, comme une énergie électrique qui remplit la pièce. Elle s’approche de moi, ses yeux rivés sur les miens, et pose sa main sur ma poitrine. Je peux sentir son souffle chaud sur mon visage, et son parfum envoûtant qui me fait perdre la tête. Elle commence à déboutonner ma chemise, et je peux voir la convoitise dans ses yeux.

Je suis excité comme jamais auparavant, prêt à vivre une expérience intense qui réalisera mon fantasme. Elle me regarde avec un sourire coquin, et je peux voir dans ses yeux qu’elle est prête à me donner ce que je désire. Elle se met à genoux devant moi, dégageant mon chibre de mon pantalon. Sa bouche se referme sur mon gland, et je gémis de plaisir. Ses lèvres sont douces et chaudes, et sa langue habile parcourt ma queue avec expertise.

Elle me pompe avec voracité, me suçant et me léchant comme une vraie salope. Je peux sentir sa salive couler sur ma bite, et je gémis de plaisir alors qu’elle me prend en bouche encore plus profondément. Ses mains caressent mes couilles, les malaxant doucement alors qu’elle continue à me sucer. Je suis au paradis, et je sais que cette nuit sera inoubliable.

Je suis tellement excité que je peux à peine contenir mon désir. Je veux la baiser, la prendre dans toutes les positions possibles et lui faire sentir ma queue en elle. Je la relève et la pousse sur le lit, l’obligeant à se mettre à quatre pattes. Sa chatte est mouillée et excitée, et je peux voir son anus qui palpite d’anticipation.

Je me place derrière elle et commence à doigter sa chatte, la préparant pour ma bite. Elle gémit de plaisir, et je peux sentir son corps frémir sous mes doigts. Je suis prêt à la prendre, à la baiser comme une vraie chienne en chaleur. Mais juste au moment où je m’apprête à la pénétrer, elle se retourne vers moi et me regarde avec un sourire mystérieux. « Tu es sûr de vouloir faire ça ? », me demande-t-elle.

Je ne sais pas ce qu’elle a en tête, mais je suis trop excité pour m’en soucier. Je hoche la tête, et elle se remet à quatre pattes, prête à recevoir ma bite. Je m’approche d’elle, ma queue tendue et prête à la prendre. Mais tout à coup, elle se retourne à nouveau et me regarde avec un sourire en coin. « Je suis sûre que tu vas adorer ça », me dit-elle, avant de se mettre dans une position que je n’attendais pas.

Elle se met à genoux sur le lit, son cul tourné vers moi et sa chatte exposée. Je peux voir son anus qui palpite d’anticipation, et je réalise soudain ce qu’elle veut que je fasse. Mon cœur bat la chamade, et je peux sentir mon désir monter en flèche. Je suis sur le point de réaliser un autre de mes fantasmes, quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant. Je suis prêt à l’enculer, à la prendre dans son trou le plus intime et de la faire jouir comme jamais auparavant.

Mais avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, elle me regarde avec un sourire malicieux et me dit : « Tu ferais mieux de bien la préparer, sinon ça va faire mal. » Et avec ces mots, elle se met en position, prête à recevoir ma bite dans son trou serré. Je sais que je dois y aller doucement, que je dois la préparer avant de la prendre. Mais je suis tellement excité que je ne sais pas si je vais pouvoir me contrôler.

À suivre…Je prends une profonde inspiration pour me calmer, prenant conscience de la situation. Elle veut que je l’encule, un acte qui requiert préparation et patience. Je me concentre sur son anus qui se contracte et se décontracte nerveusement, substantifiant son excitation mélangée à une légère appréhension. Je sais que je dois la mettre à l’aise et la préparer correctement pour que cet instant soit mémorable pour nous deux.

« Ne t’inquiète pas, je vais m’en occuper », je lui réponds avec un sourire rassurant, tout en déposant un baiser dans le creux de son dos. Je commence par masser ses fesses, les malaxant et les pressant doucement. Mes doigts glissent ensuite vers son anus, effleurant délicatement cette zone sensible. Elle frissonne à mon toucher, émettant un gémissement sourd. Encouragé par sa réaction, j’exerce une légère pression sur son trou, détendant doucement ses muscles.

J’attrape le lubrifiant que j’avais préalablement placé sur la table de nuit et en verse généreusement sur mes doigts et sur son anus. Mes mains glissent alors entre ses cuisses, doigtant sa chatte déjà trempée. Elle gémit de plus en plus fort, son bassin ondulant rhythmiquement à mes caresses. Je sais qu’elle est prête pour la prochaine étape.

Je commence à pénétrer son anus avec mon index, allant doucement, millimètre par millimètre. Je lui laisse le temps de s’habituer à ma présence, attendant qu’elle se détende complètement avant d’aller plus loin. Je lui murmure des paroles douces et encourageantes, lui faisant savoir qu’elle peut me faire confiance. Après quelques instants, je sens que mon doigt est complètement en elle, et je commence à effectuer de lents mouvements de va-et-vient.

Elle gémit bruyamment, son corps s’adaptant à cette nouvelle sensation. Je continue de la doigter, ajoutant petit à petit un deuxième doigt pour préparer son trou à recevoir ma bite. Je suis conscient de ma propre excitation, mon chibre étant prêt à exploser à tout moment. Pourtant, je me retiens, préférant me concentrer sur son plaisir avant le mien.

Après plusieurs minutes de préparation, je sens que c’est le moment de passer à l’acte. Ma queue palpitante, je me place derrière elle, mon gland positionné à l’entrée de son anus. Je la regarde une dernière fois, cherchant son approbation. Ses yeux rencontrent les miens, et elle hoche la tête, un sourire en coin. « Vas-y doucement », me dit-elle d’une voix à peine audible.

Je commence à pousser lentement, sentant la résistance de son trou serré. Malgré le lubrifiant, je sais que c’est une sensation intense pour elle, et je m’assure de ne pas précipiter les choses. Je sens mon gland passer l’anneau de muscles, et je m’immobilise quelques instants, laissant son corps s’adapter à ma présence. Elle respire profondément, ses doigts crispant les draps.

Lorsque je sens qu’elle est prête, je commence à pousser davantage, millimètre par millimètre, jusqu’à ce que je sois complètement en elle. La sensation est incroyable, son anus me serrant comme un étau. Je reste immobile, profitant de cette sensation de plénitude, avant de commencer de lents mouvements de va-et-vient.

Elle se met à gémir de plus en plus fort, ses cris de plaisir se mêlant à mes propres gémissements. Je la sens se détendre, ses muscles cédant à mes coups de boutoir. Je commence à accélérer le rythme, mes couilles claquant contre sa chatte à chaque poussée. Je suis au paradis, la sensation de son anus serré autour de ma bite me rendant fou.

Je sais que je ne vais pas tenir longtemps, et je décide de changer de position pour prolonger notre plaisir. Je me retire d’elle, ma queue luisant de lubrifiant et de sa cyprine. Je l’allonge sur le dos, ses jambes écartées, offrant sa chatte mouillée à ma vue. Je la pénètre alors brutalement, sentant ses parois chaudes et humides m’accueillir avec avidité.

Je la baise sauvagement, mes coups de reins puissants et rapides la faisant gémir et crier de plaisir. Je peux sentir mon orgasme monter en moi, mes couilles se resserrant à chaque poussée. Je suis sur le point d’exploser, et je sais qu’elle est proche elle aussi.

Elle se cambre alors sous moi, ses mains griffant mon dos, me signalant qu’elle est sur le point de jouir. Je continue de la marteler, ma queue la faisant hurler de plaisir. Je sens alors mon orgasme me submerger, et je me retire brutalement d’elle, mon sperme jaillissant sur son ventre et ses seins.

Je m’effondre à côté d’elle, le souffle court et le corps couvert de sueur. Elle se blottit contre moi, un sourire satisfait sur les lèvres. « C’était incroyable », me dit-elle d’une voix faible. Je suis d’accord avec elle, cette nuit a dépassé tous mes fantasmes.

Nous restons allongés l’un contre l’autre, nos respirations se calmant peu à peu. Je me sens épuisé, mais heureux. Je sais que cette nuit restera gravée dans ma mémoire, et je me demande si je la reverrai un jour. Pour l’instant, je me contente de profiter de sa présence, savourant ce moment intime.

Alors que nous sombrons dans un sommeil réparateur, je me rends compte à quel point cette expérience a été libératrice. J’ai réalisé mon fantasme, et j’ai découvert de nouvelles sensations qui m’ont transporté au-delà de tout ce que j’avais pu imaginer. Je me sens vivant, et je sais que je ne serai plus jamais le même. Cette nuit a été une révélation, une étape importante dans mon voyage vers l’acceptation de mes désirs et de mes fantasmes les plus intimes.

Et alors que je m’endors, je sens une nouvelle soif de découverte s’éveiller en moi. Je sais que ce n’est que le début, et je suis impatient de voir ce que l’avenir me réserve. Je suis prêt à explorer de nouvelles frontières, à repousser les limites de mon désir, et à vivre des expériences toujours plus intenses et enrichissantes. Car après tout, la vie est trop courte pour ne pas réaliser ses fantasmes.

FIN

Publications similaires