Je suis Tom, un ingénieur de 43 ans, métisse, plutôt petit et mince. Ma vie de couple est plutôt routinière, mais j’ai toujours été attiré par les expériences sexuelles hors du commun. Mon fantasme ultime, c’est le cunnilingus, et je rêve de le pratiquer dans un endroit inattendu et excitant.

Un jour, alors que je suis en train de travailler au bureau, je reçois un message d’une collègue, une femme séduisante et audacieuse. Elle me propose un jeu dangereux. Elle me suggère de la rejoindre dans la salle de réunion, qui est actuellement déserte. Mon cœur s’emballe et je sens une excitation monter en moi. Je ne peux résister à cette invitation.

Je me lève de mon bureau, le cœur battant la chamade. Je jette un coup d’œil autour de moi, pour m’assurer que personne ne m’a vu. Je me dirige vers la salle de réunion, mon chibre commençant à se dresser dans mon pantalon. J’ouvre la porte et je la trouve allongée sur la table, sa jupe relevée, ne portant rien en dessous. Elle me regarde avec un sourire coquin et me dit : « Je sais que tu aimes ça, Tom. Montre-moi ce que tu sais faire. »

Je suis stupéfait par la vue de sa chatte mouillée et invitante. Je m’approche d’elle, sans hésiter. Je peux sentir l’odeur de son excitation, et ça me rend encore plus chaud. Je me mets à genoux devant elle, prêt à réaliser mon fantasme. Je commence à lui lécher doucement le clitoris, savourant chaque seconde. Elle gémit de plaisir, encourageant mes mouvements.

Je suis complètement absorbé par ce que je suis en train de faire. Je peux sentir sa chatte chaude et mouillée contre ma langue, et ça me rend fou. Je continue à la lécher, de plus en plus vite, de plus en plus fort. Elle se tortille sous mes coups de langue, gémissant de plus en plus fort. Je peux sentir sa jouissance monter, et ça m’excite encore plus.

Je glisse un doigt dans sa chatte trempée, tout en continuant à lui sucer le clitoris. Elle crie de plaisir, ses mains agrippant mes cheveux. Je continue à la doigter, ajoutant un deuxième doigt, puis un troisième. Je peux sentir sa chatte se contracter autour de mes doigts, et je sais qu’elle est sur le point de jouir.

Soudain, j’entends des bruits de pas dans le couloir. Mon cœur s’arrête. Je me retourne et je vois la poignée de la porte bouger. Je me lève précipitamment, mon chibre toujours dressé dans mon pantalon. Je regarde ma collègue, les yeux remplis de panique. Elle me regarde avec un sourire coquin et me dit : « Ne t’inquiète pas, Tom. Personne ne nous dérangera. »

Je suis sur le point de lui demander comment elle peut en être si sûre, mais elle m’interrompt. « Chut, Tom. Continue ce que tu étais en train de faire. Je veux jouir, et je veux jouir maintenant. »

Je suis pris entre la peur d’être découvert et l’excitation de la situation. Je regarde la porte, puis je regarde ma collègue. Elle me regarde avec un désir brûlant dans les yeux, et je sais que je ne peux pas résister. Je me remets à genoux devant elle, prêt à continuer.

Mais soudain, la porte s’ouvre…

A suivre…La porte s’ouvre brusquement et mon cœur manque un battement. Je me retrouve face à face avec mon patron, un homme d’une cinquantaine d’années, le regard sévère. Il me fixe, puis regarde ma collègue, toujours allongée sur la table, les jambes écartées. Je suis tétanisé, je ne sais pas quoi dire ou faire.

Ma collègue, quant à elle, ne semble pas perturbée par la situation. Elle se redresse lentement, un sourire coquin aux lèvres. « Je suis désolée, Monsieur, nous étions en train de discuter d’un projet important. » Elle dit ça avec un tel aplomb que je suis presque convaincu.

Mon patron nous regarde, perplexe. Il semble hésiter, puis il finit par soupirer. « Je vous fais confiance, mais je vous préviens, la prochaine fois que je vous surprends dans une situation comme celle-ci, il y aura des conséquences. » Il ferme la porte derrière lui, nous laissant seuls.

Ma collègue éclate de rire. « Tu as vu sa tête ? Il était choqué ! » Elle se rallonge sur la table, me regardant avec un désir brûlant dans les yeux. « Maintenant, retourne à ce que tu étais en train de faire, Tom. Je suis toute mouillée et j’ai besoin de jouir. »

Je suis toujours sous le choc, mais l’excitation reprend le dessus. Je me remets à genoux devant elle, prêt à continuer. Je replonge ma tête entre ses cuisses, ma langue trouvant son clitoris gonflé. Je commence à la lécher avec avidité, savourant le goût de sa chatte trempée.

Elle gémit de plaisir, ses mains agrippant mes cheveux. Je continue à la lécher, mes doigts glissant dans sa chatte chaude et humide. Je peux sentir ses muscles se contracter autour de mes doigts, et je sais qu’elle est proche de l’orgasme.

Je retire mes doigts de sa chatte, les remplaçant par ma queue dure et pulsante. Je la pénètre lentement, savourant la sensation de sa chatte serrée autour de ma bite. Elle crie de plaisir, ses ongles griffant mon dos. Je commence à la baiser, de plus en plus vite, de plus en plus fort.

Je peux sentir la chaleur de son corps contre le mien, la sueur perlant sur notre peau. Je peux entendre le son de nos corps qui s’entrechoquent, le son de ses gémissements de plaisir. Je suis complètement absorbé par ce que je suis en train de faire, par le plaisir que je suis en train de ressentir.

Je la retourne brusquement, la mettant en levrette sur la table. Je me positionne derrière elle, admirant la vue de son cul rond et ferme. Je lui donne une claque sur les fesses, la faisant sursauter. Je la pénètre à nouveau, ma bite glissant facilement dans sa chatte trempée.

Je commence à la baiser avec force, mes couilles claquant contre ses fesses. Je peux sentir son anus contre mon bassin, et ça me rend encore plus chaud. Je décide de prendre un risque, je retire ma bite de sa chatte et je la positionne contre son anus.

Elle se tend, se demandant ce que je suis en train de faire. « Tom, qu’est-ce que tu…? » Elle n’a pas le temps de finir sa phrase. Je la pénètre d’un coup sec, ma bite glissant dans son anus serré. Elle crie de surprise et de douleur, mais je continue à la baiser, de plus en plus vite, de plus en plus fort.

Je peux sentir son anus se contracter autour de ma bite, et ça me rend fou. Je continue à la baiser, mes couilles se resserrant. Je peux sentir mon orgasme monter, et je sais que je ne vais pas pouvoir tenir longtemps.

Je retire ma bite de son anus et je me branle frénétiquement, mon sperme jaillissant sur son dos et ses fesses. Je gémis de plaisir, mon corps tremblant de satisfaction. Je m’effondre sur elle, épuisé.

Nous restons allongés là, nos corps en sueur collés l’un à l’autre. Je peux sentir son cœur battre la chamade, je peux entendre sa respiration saccadée. Je me sens vivant, je me sens excitée, je me sens satisfaite.

Je me redresse lentement, m’essuyant le visage avec le dos de ma main. Je regarde ma collègue, un sourire aux lèvres. « Merci, c’était… incroyable. »

Elle me regarde avec un sourire coquin. « De rien, Tom. C’était un plaisir. Mais maintenant, il faut qu’on retourne au travail. »

Je ris, me rhabillant rapidement. Je jette un dernier coup d’œil à la salle de réunion, me rappelant de ce qui vient de se passer. Je souris, sachant que je me souviendrai de ce moment pour le restant de mes jours.

Je sors de la salle de réunion, le cœur léger. Je me sens vivant, je me sens excitée, je me sens satisfaite. Je me sens prêt à affronter le reste de la journée, sachant que j’ai réalisé mon fantasme le plus profond. Et je sais que ce n’est que le début.

A suivre

Publications similaires