Je m’appelle Ruben, un homme arabe de 55 ans, analyste de crédit de taille moyenne et légèrement enrobé. Je vis en union libre et j’assume pleinement mon orientation hétérosexuelle. J’ai un fantasme dévorant pour la baise en levrette et les lieux insolites, et mon histoire se déroule dans un endroit peu commun : un cimetière.

Un soir, alors que je me recueillais sur la tombe d’un ami, j’ai aperçu une femme mystérieuse et séduisante. Elle était vêtue d’une robe noire moulante qui mettait en valeur ses courbes généreuses. Ses cheveux bruns tombaient en cascade sur ses épaules et ses yeux verts brillaient dans la lumière tamisée du crépuscule. Je ne sais pas ce qui m’a attiré vers elle, mais j’ai immédiatement ressenti une connexion.

Je me suis approché d’elle, le cœur battant la chamade. Elle m’a regardé avec un sourire en coin et j’ai senti une bouffée de désir monter en moi. J’ai pris une profonde inspiration et j’ai décidé de tenter ma chance. « Bonjour, » lui ai-je dit, « je m’appelle Ruben. Je viens souvent ici pour me recueillir sur la tombe d’un ami. Et vous, que faites-vous ici ? »

Elle m’a regardé avec un air pensif avant de répondre : « Je viens ici pour me promener et réfléchir. Il y a quelque chose de paisible dans ce lieu. » Sa voix était douce et mélodieuse, et j’ai senti mon désir grandir. Je me suis rapproché d’elle et j’ai posé ma main sur sa taille. « Voulez-vous partager un moment intime avec moi ? », lui ai-je demandé, les yeux plongés dans les siens.

Elle m’a regardé avec surprise, puis un sourire coquin a étiré ses lèvres. « Pourquoi pas ? », a-t-elle répondu en se rapprochant de moi. Je l’ai conduite dans un coin isolé du cimetière, à l’abri des regards indiscrets. Je l’ai plaquée contre une tombe et je l’ai embrassée passionnément. Nos langues se sont entremêlées et j’ai senti son corps se presser contre le mien.

J’ai commencé à la déshabiller, laissant apparaître ses seins volumineux et fermes. J’ai pris un sein dans ma main et l’ai caressé doucement, faisant rouler le mamelon entre mes doigts. Elle a gémi de plaisir et j’ai senti mon chibre se durcir dans mon pantalon. J’ai descendu ma main sur son ventre et j’ai atteint sa chatte déjà humide. J’ai glissé un doigt en elle, puis deux, et je l’ai doigtée lentement, savourant ses gémissements de plaisir.

Je l’ai retournée et je l’ai forcée à se mettre en levrette. J’ai sorti ma bite et je l’ai pénétrée d’un coup sec. Elle a crié de plaisir et j’ai commencé à la baiser sauvagement. Je la tenais par les hanches et je la pilonnais avec force, sentant sa chatte chaude et humide se contracter autour de ma queue. J’ai commencé à varier les positions, la prenant à genoux, couché sur le ventre, sur le dos les jambes écartées, lui donnant des coups de reins puissants et profonds.

Je l’ai entendue gémir et haleter, appelant mon nom et me suppliant de continuer. J’ai senti la montée de l’orgasme et j’ai décidé de finir en elle. J’ai accéléré le rythme, la baisant avec encore plus de force, jusqu’à ce que je jouisse en elle, sentant son corps se contracter et se crisper autour de moi. Elle s’est effondrée, épuisée mais comblée, et j’ai laissé échapper un soupir de satisfaction.

Je viens de vivre une expérience sexuelle intense et inoubliable dans un lieu aussi inattendu qu’excitant. Mais ce que je ne savais pas, c’est que cette femme mystérieuse avait un secret qui allait tout changer. La suite de mon histoire promet d’être encore plus excitante et inattendue.Après avoir repris mon souffle, j’ai aidé la mystérieuse inconnue à se rhabiller. Ses yeux brillaient d’un mélange de satisfaction et de curiosité. « Tu es incroyable, Ruben, » m’a-t-elle dit en passant sa main sur ma joue. « Mais il y a quelque chose que tu dois savoir sur moi. »

Je l’ai regardée, intrigué. « Quoi donc ? », ai-je demandé, sentant mon cœur battre un peu plus vite. Elle a hésité un instant, puis a pris une profonde inspiration. « Je ne suis pas une femme ordinaire, Ruben. Je suis une succube. »

J’ai eu un moment de stupeur. Une succube ? Cette créature mythique qui séduit les hommes et se nourrit de leur énergie sexuelle ? Je ne savais pas quoi penser. Mais avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, elle a posé son doigt sur mes lèvres. « Ne t’inquiète pas, Ruben. Je ne te veux aucun mal. En fait, je veux te proposer un marché. »

Elle m’a expliqué que, en tant que succube, elle avait besoin de rapports sexuels réguliers pour survivre. Et elle avait choisi de me séduire, attirée par mon énergie et mon désir. « Si tu acceptes de partager ton énergie avec moi, Ruben, je te donnerai des plaisirs que tu n’as jamais connus auparavant. »

J’étais hésitant, mais la perspective de nouvelles expériences sexuelles avec cette femme mystérieuse et séduisante était trop tentante. J’ai accepté son offre. Elle m’a souri, puis m’a embrassé avec passion. « Bien, » a-t-elle dit en se détachant de moi. « Alors commençons tout de suite. »

Elle m’a entraîné dans un autre coin du cimetière, encore plus isolé que le précédent. Là, elle s’est déshabillée complètement, révélant son corps magnifique à la lumière de la lune. Ses seins étaient fermes et ronds, ses hanches larges et accueillantes, et sa chatte rasée brillait de désir. Je me suis déshabillé à mon tour, mon chibre déjà dur et prêt à l’action.

Elle s’est mise à genoux devant moi et a commencé à sucer ma bite avec avidité. Sa bouche était chaude et humide, et sa langue experte faisait des merveilles sur mon gland. Je me suis laissé aller à la sensation, gémissant de plaisir alors qu’elle me pompait avec habileté.

Puis elle s’est relevée et s’est allongée sur le dos, les jambes écartées, m’invitant à la pénétrer. Je me suis mis entre ses cuisses et j’ai enfoncé ma queue dans sa chatte détrempée. Elle a crié de plaisir alors que je la baisais avec force, mes couilles claquant contre son cul à chaque coup de rein.

Je l’ai retournée et je l’ai prise en levrette, lui donnant des coups de bite profonds et puissants. Elle a gémi et haleté, appelant mon nom et me suppliant de continuer. Je pouvais sentir son plaisir monter, et le mien aussi.

Puis elle s’est retournée et s’est mise à quatre pattes, me présentant son cul rond et ferme. « Encule-moi, Ruben, » m’a-t-elle ordonné. « Je veux sentir ta bite dans mon cul. » J’ai hésité un instant, mais la vue de son anus serré et invitant m’a fait perdre la tête. J’ai craché sur ma main et je l’ai frottée sur mon gland, puis j’ai poussé doucement contre son trou du cul.

Elle a crié alors que je l’enculais, mais elle a rapidement commencé à gémir de plaisir alors que je la sodomisais avec force. Je pouvais sentir son anus se contracter autour de ma bite, et la sensation était incroyable. Je l’ai baisée encore et encore, jusqu’à ce que je ne puisse plus me retenir. Avec un rugissement, j’ai joui dans son cul, remplissant sa rondelle de mon sperme chaud.

Elle s’est effondrée sur le sol, épuisée mais souriante. « Merci, Ruben, » m’a-t-elle dit en essuyant la sueur de son front. « Tu es incroyable. » Je me suis allongé à côté d’elle, sentant mon cœur battre la chamade. Je venais de vivre une expérience sexuelle incroyable avec une succube, et je savais que ce n’était que le début de notre relation passionnée.

Au fil des semaines, nous avons continué à nous rencontrer dans le cimetière, explorant de nouvelles positions et de nouveaux plaisirs. Elle m’a appris à contrôler mon énergie sexuelle, à prolonger mes orgasmes et à donner encore plus de plaisir à ma partenaire

Publications similaires